..: Japan's World ~ Summer Version :..

..: Un forum consacré au pays du soleil levant :..
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Carte du forumCarte du forum  Connexion  

Partagez | 
 

 [Final Fantasy XIII Vs] Somnus Nemuri

Aller en bas 
AuteurMessage
Yune
Kami-Yakuin
Kami-Yakuin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1036
Age : 29
Localisation : dans mes songes...
Date d'inscription : 07/03/2006

MessageSujet: [Final Fantasy XIII Vs] Somnus Nemuri   Ven 10 Aoû - 23:31

je vous vois venir vous tous avec des grand 'Encoreuuuuu x_X' mais qu'est ce qu'elle a à écrire des fic celle là! Et en plus que sur Final Fantasy ! ( et a plus forte raison sur un FF dont on connait pas vraiment grand chose...xD)

que voulez vous! Comme celle sur FFX je l'avais dans la tête, elle voulais pas sortir, alors je l'ai écris ! Tout simplement! Et puis le fait qu'on sache rien me permet d'être assez vague et hypothétique...j'ai bien appreciée de la faire ! ça me change, l'autre aussi était du même genre...

*se sent bien xD*

j'ai beaucoup aimée la faire donc, et j'aime bien se que ça donne au final...C'est plutôt pas mal je trouve (je me jette pas de fleur rassuré cous, mais au moins j'ai un certain plaisir quoi)
Donc oui c'est une fic (one shoot) sur Final Fantasy XIII Versus (très important le versus xD). Pour être plus exact en faite c'est même une song fic (une fic avec comme trame une chanson).
Ici je suis pas allée loin, j'ai pris la chanson du Trailer ! Somnus Nemuri (certain dise Noris...qui a raison?...xD)
C'est une chanson toute en latin qui a été traduit par le site FFFan (je vous rassure j'ai mis les traduction xD)

Donc voila, j'était inspiré! ça prend les scènes du Trailer, enfin vous verrez bien si vous daignez lire ma modeste fiction (sinon bah vous vous en prenez qu'a vous, na !)

En gras ce sont les paroles de la chanson
Entre (parenthèse) se sont la traduction approximative des paroles
En Italique c'est les textes du trailer

Enfin bonne lecture !

je vous laisse le média du Trailer ! Parce que cette Song fic suis la chronologie et les événements de celui ci alors bontant qu'a faire, ça ne fait que 2 min 45 et c'est un réel plaisir a voir et à écouter ^o^






_____________________________________________________________

Somnus noris (Sommeil crime)


There is nothing either good or bad, But thinking makes it so
(il n’existe rien de bon ou de mauvais, tout dépend de ce que l’on en pense)


Cette ville noir et macabre semble comme oppressée par une présence malfaisante. La Lune brille de son éclat nacré, ajoutant un peu plus de lumière a se monde…

Tellus dormit (Un Royaume dort...)



Une douce lumière semblable à celle de la lune s’étend autour de toi, t’éclairant de sa pâle lueur. Tu es assis à ta place, là, entre la lumière et les ténèbres. Le Cristal brille, il l’a toujours fait, éclairer les chemins des hommes, apportant sa magie dans ton monde, mais provoquant également les catastrophes…


Et liberi ingem faciunt... (et les enfants se sacrifient jour après jour...)
Numquam extinguunt...

un pays isolé, protégé par une ancienne lignée de rois.

Nec spertisi possit... (jusqu'à ce qu'ils s'éteignent et ne se réveillent jamais)

une civilisation moderne, vivant grâce aux chants d’épées et de magie du cristal


Tu restes là, depuis toujours, dans ce qui semble être un autre temps, un autre espace. Tu es seul. Après tout tu l’as toujours été, n’est-ce pas ? Seul dans ce siège, ce trône. Il t’appartient au même titre que tu lui appartiens. Tu es rattaché à lui. Parce que ceci est ta mission. La mission que tu as reçu et tu t’y plis sans vraiment y penser. C’est ton devoir après tout, c’est normal pour toi.
Normal… Pourtant ce n’est pas le mot qui te définirait le mieux.
Malgré le temps qui passe, tu es seul. Où sont tous les autres ? Quelque part tu le sais et pourtant tu ne préfères pas y penser, pas de suite. Tu veux encore te préserver, un petit peu, quelques minutes de plus à rester dans l’ignorance ne te dérange pas. La réalité te rattrapera bien vite, au fond cela a toujours été ainsi pour toi.

Assis sur ton trône, tu ne sembles pas réellement dans le même monde. T’abandonnerais-tu aux rêves ? Peux-tu réellement rêver… Après ce que tu as vu, tout ce que tu as vécu, et après ce qui s’apprête à se dérouler, peux-tu véritablement somnoler ainsi dans l’ignorance et avec innocence ?
Tu n’es plus innocent mais tu n’es pas non plus une victime, du moins tu ne l’es plus, n’est-ce pas ?
Cela fait longtemps qu’on te la volé…
Essayerais-tu d’oublier ? Oublier ces sacrifices qui continuent jour après jour, bien malgré toi ? Mais que peux tu y faire. Toi tu n’es là que pour ta mission. Toi tu n’es là que pour protéger le Cristal…


Hom vir dividit (Un homme est divisé.)
Tragoedia coram (Il doit faire face à cette tragédie qui détruit)
Amandamque (chaque chose aimée)



On pourrait croire que tu dors vraiment, tu sais. Tu as l’air détendu mais ta mine est grave et sérieuse. Ton visage ne semble pas exprimer le moindre sentiment humain. Chercherais-tu à oublier ton humanité ? A l’enfermer à l’intérieur de toi, cachée de tous comme quelque chose dont tu as honte ? Crois-tu que cela te rendra plus fort, plus apte à remplir ta mission ? Que cela te préservera de ce que tu as vécu ? De toute cette Tragédie qui a commencé et qui continuera inextricablement malgré les efforts dont tu pourrais faire preuve ?

Mais ce n’est qu’une façade, tu dois souffrir au fond. Ton cœur n’est pas mort et tu dois le sentir se serrer dans ta poitrine. Ton visage n’interprète pas ce que te murmure ton cœur, mais cela ne signifie pas que tu ne ressens rien. Tu préfères sans doute simplement l’ignorer, tout comme tu veux ignorer d’avoir perdu des choses qui t’étaient si chères. Parce que c’est ainsi, tu ne sais pas vraiment quoi faire. Mais tu te répètes comme un mantra pour essayer d’oublier « C’est ma mission, c’est mon Destin.». Cela semble si simple de ne pas te dire que c’est peut être ta faute…

Pourtant tu n’as pas le droit d’échouer… Pour ceux qui se sont sacrifiés avant toi… et qui continuerons sans doute…

As-tu arrêté d’avoir peur ? Ne ressens-tu aucune angoisse alors que tu te lèves de ce siège dans lequel tu t’étais posé, abandonnant la garde de ce Cristal que tu dois protéger contre l’Autre Monde ? Toi-même tu ne dois plus y faire attention. Peut être que tu n’as vraiment aucune peur, peut être que celle-ci est trop diffuse pour être réellement handicapante. C’est tellement plus de simple de refouler tout ces doutes, ces peurs et ces angoisses tout au fond. Quelque part dans un endroit inaccessible aux autres et à soi-même parfois…
Tu t’éloignes de ton précieux Cristal, le regard fixe, la tête haute, tu te prépares à l’inévitable. Tu parais détendu, tu le sais ça ?
Tu ressembles à une sorte de robot ayant un visage humain… Mais tu te moques de cela, j’en sui sûr. Seule ta mission compte, et tu ne crains pas les combats. Peut être les attends-tu avec impatience, reclus près de ton Trésor ?


Un royaume solitaire se bat afin d’empêcher l’autre monde d’imposer sa loi hérétique
Le combat pour le dernier Cristal n’est que le prologue aux chroniques d’un nouvel âge



Ton pas est sûr, tu n’hésites pas à te diriger vers l’extérieur de ton sanctuaire. Tu sais probablement ce qui t’attend.
Finalement tu arrives à l’entrée du temple dans lequel tu étais et tu embrasses la scène de ton regard ambré. Un éclair tombe à ton arrivée, semblant prévenir d’un danger imminent. Qui prévient-il ? De quel coté est le ciel, quel parti prend-t-il ? Tu ne te poses pas ces questions futiles. La foudre tombe, c’est tout, accompagnant de son chant funeste chacun de tes pas.
Encore protégé par la corniche du Sanctuaire, tu stoppes tes pas au niveau de l’escalier qui descend devant toi, ne pouvant t’empêcher de regarder les corps d’hommes tombés autour de toi. Des hommes vêtus de noir qui étaient tes alliés.

Est-ce que ton cœur se serre sur cette vision de la mort emportant tes frères ?

Tu les observes un bref instant, le temps de voir l’étendu des dégâts de ton coté. Puis, naturellement, ton visage se pose devant toi, là, en bas des escaliers sur la place qui fait face au temple du Cristal que tu protéges. Tu sais qui ils sont. Ce sont des ennemis, ceux de ton trésor, donc tes ennemis. Ils sont nombreux, tous habillés de façon similaire. Si bien qu’on ne pourrait guère reconnaître une femme d’un homme. La place est pleine de ces gens qui se retournent vers toi, leurs armes à feu se dirigeant directement vers toi.

Ton visage impassible ne trahit pas le moindre sentiment. Tu n’as pas peur. Après tout tu ne crains rien, n’est-ce pas ?


Et nocte perpetua (dans cette nuit n'en finissant jamais.)
Ehem vers den alii onem. (Porter chaque crainte est sa punition,)
Pavor omnifere pona (qu'il doit supporter tout ce temps durant.)
Manes tempus (Et le matin suivant le temps)
Expergiscendi. (se réveillera.)



Un pas. Tu commence à descendre la première marche, faisant fit des canons braqués sur toi, les ignorant avec la force de l’habitude. Tu n’as pas peur face à ces armes que tu n’aimes pas. Des armes faites pour les lâches…
Tu continues ta descente, te rapprochant de tes adversaires, de ceux qui veulent prendre le dernier Cristal que tu protéges.
Un coup de feu part, produisant un son qui ne te fait pas tressaillir, et qui ne te stoppe même pas. La rafale de balle abîme le marbre qui compose le monument, alors qu’elle s’approche irrémédiablement de toi.

Une balle ricoche. Dévoilant alors aux yeux de tous une arme flottant dans les air à quelques centimètres de toi. Cette arme ressemble à une épée, et c’est grâce à elle que la balle n’atteindra jamais sa cible première.
Comme si cela était une annonce au tir, tous les soldat présent devant toi vident leurs chargeurs.

Ont-ils peur de toi ? Et toi, as-tu peur d’eux ?

Aucune des balles ne t’atteint, toutes déviés par des armes qui semblent danser autour de toi, te protégeant des assaut avec une efficacité redoutable et redoutée. Telle une muraille d’arme blanche et quasi invisible qui protége leur maître des assauts meurtriers.

Tu t’arrêtes finalement à une distance raisonnable de tes ennemis. Tu provoques par ton geste une accalmi de courte durée, dévoilant tes armes d’un geste sûr de la main. Toutes t’obéissent. Des lames de toutes sortes apparaissent aux yeux de tous. Des épées, des haches, des lances. Tu connais toutes ces lames par cœurs, elles sont tes plus précieuses alliées, les seules à qui tu puisses offrir ta confiance et demander leur aide.

Quelles sont tes craintes, dis moi ? As-tu peur d’échouer ? Crains-tu de trahir la confiance que l’on a placée sur tes épaules ? Tu es celui qui mènera le monde à sa grandeur ou à sa perte…

Une nouvelle pluie de balles est déversée sur toi alors que tu les pares de la même façon, faisant tournoyer tes lames autour de ton corps si vite qu’on peine à toute les distinguer. Des traits de lumière aux tons bleutés dansent autour de toi, formant une ronde de lumière autour de ton corps.

Tu ne crains rien… Tu le sais.
Elles sont là, te protégent et tu as besoin d’elles pour protéger le Cristal.
Tu ne veux pas mourir parce que tu as une mission à accomplir et que mort, tu échoueras.
Alors tu dois te battre. Tu n’as, de toute manière, pas le choix.

Ton visage, comme toujours, n’exprime rien. Pas de dégoût, ni même de haine envers tes assaillant. Rien ne trahit ton visage, ni ton cœur. Une détermination froide et détachée semble prendre forme sur ton visage. Concentré, tu te prépares au combat plus qu’imminent dans lequel tu n’auras pas le droit à l’erreur. Pas une seule de tes fautes ne te sera pardonnée…
D’un mouvement, tu récupères l’épée avec laquelle tu as toujours combattu, la première qui te passe par la main.
Le contact du métal froid de la garde te rassure peut être ? Allége-t-il ta conscience au même titre qu’il allégera les rangs de tes opposants ?

La nuit sera longue, peut être gravée dans ta mémoire comme une nuit éternelle ou tu combattras. Un combat que tu n’es pas sûr de gagner, mais sur toi tu portes l’espoir… peut être que cela te fait plus peur que de mourir. As-tu peur de perdre la vie, et ainsi échouer dans ta mission ?


Ceci est ta punition, mais qu’elle est donc ta faute ?

Tes yeux prennent l’éclat carmin du sang.
Se sang que tu feras couler…



_____________________________________________________________


Voilaaaaa c'est la fin (je sais je suis sur que je vous en apprend une bonne ! mdr!

Donc voila! Dans l'ensemble c'est ce que je voulais, j'espère que j'ai bien traduit le 'monde' que je considère comme assez noir, tout comme le personnage.
D'ailleurs écrire ala 2 éme personne du singulier m'a été très agréable...J'ai pu m'impliquer et en même temps observer...C'est un style que j'apprécie en faite!

_________________




Dernière édition par le Sam 11 Aoû - 17:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yune-chan.skyrock.com/
margotte umi
Kami-Modo
Kami-Modo
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1340
Age : 28
Localisation : un peu partout...
Date d'inscription : 08/03/2006

MessageSujet: Re: [Final Fantasy XIII Vs] Somnus Nemuri   Sam 11 Aoû - 16:46

franchement au début sa fait bizarre la seconde personne du singulier mais apres on s'habitue à ce style le long de la lecture...
mais sinon sa me plait :), c'est vraiment bien décrit et sa colle vachement bien avec la vidéo :)

i love ^^

_________________
¤ Pourrai-je un jour être de l'autre bord de la rive à tes côtés,
et continuer à écrire notre vie en paix? ¤

On peut tout dire dans un regard, cependant on peut toujours nier un regard...
Les yeux sont les interprètes du coeur, mais il n'y a que celui qui y a intérêt qui entend leur langage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Final Fantasy XIII Vs] Somnus Nemuri
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [PS3] Final Fantasy XIII !!!
» Lightning Final Fantasy XIII
» Dessin de Sazh Final fantasy XIII
» Final Fantasy XIII Trailer (3F-8H)
» [démo] Final Fantasy XIII -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
..: Japan's World ~ Summer Version :.. :: Création :: Fan-Fiction-
Sauter vers: